Alice et le maire

Nicolas Pariser, promeut ici le désenchantement du monde politique au travers d’Anaïs Demoustier et Fabrice Luchini. Ce dernier, maire de Lyon, dont la carrière bat de l’aile, est à court d’idées, épuisé, en perte de confiance. Son équipe lui engage alors une jeune philosophe, Alice (Anaïs Demoustier), désignée pour le remettre sur de bons rails, psychologiquement, et professionnellement.

Le problème, c’est que la pertinence de l’action publique et le stress de la vie quotidienne au sein d’un Hôtel de ville demeure frustrants, d’autant plus pour un dirigeant dont la perte de courage n’a d’égal que sa perte d’ambition. Malgré une réelle construction, une bonne mis en scène de la vie politique et des dialogues travaillés interprétés par des acteurs talentueux, le résultat n’en demeure pas moins plat. Une touche d’humour supplémentaire et quelques notes de folie n’auraient pas été en trop.

Axel

Crédits > terror by corpus delicti from the Noun Project