Once Upon a Time

À travers le portrait de deux losers que sont Rick (Léonardo DiCaprio) et Cliff (Brad Pitt) et de leur amitié sans faille, Tarantino livre un hommage aux laissés pour compte de l’industrie cinématographique qui oublient leurs répliques, noyés dans l’alcool et autres substances échappatoires, aux personnages du second plan dont personne ne connait l’identité.

Tout au long de “Once Upon a Time…”, Quentin Tarantino dépeint Hollywood comme un univers composé d’opportunités manquées et de rêves fantasmagoriques, avec une vision parfois, moqueuse, parfois mélancolique aux travers de ces deux amis dont la carrière se trouve en déclin. Dans un Hollywood « Hippie » les deux acolytes se trouvent être les voisins d’un certain Roman Polanski. Ce qui laisse deviner une fin explosive comme on les connait chez ce cher Tarantino.

Ce film est aussi un aveu d’amour à une époque tant regrettée par le réalisateur, né en 1963 et dont les scènes laissent deviner de supposés regrets de ne pas avoir pu connaître le « Hollywood » de cette époque, éblouissant, désinhibé, haut en couleurs.

Axel

Crédits > Freepik