3 Octobre 2019 Maison de la Danse “A Love Suprême” de Sanchis Salva

David.V. et Marie-Christine.D. ont vu ce spectacle, voici leurs impressions / 

David / Le premier tableau, on aurait dit qu’ils s’entraînaient avec beaucoup de “maladresses ajustées”. Petit à petit, il y a de plus en plus de progrès, de rapidité précise. J’ai bien aimé la lumière avec ses différents plans.
J’aurais bien aimé que la pièce dure plus longtemps.
Des fois, je partais dans une sorte de sommeil puis je revenais à la danse mais peut être à cause de la musique – Jazz (de Coltrane) : un genre un peu ancien par rapport à leurs jeunesses. L’esprit de la danse m’a rappelé les années soixante dix. 

Marie-Christine .D. / Les premiers tableaux me semblaient une recherche d’étude avec des mouvements très précis dans l’espace. Notamment le premier solo sans musique qui a été accompagné d’un concert de toux des spectateurs surement difficile à recevoir pour le danseur !!
Si les 2 premières parties m’ont semblé trop techniques avec peu d’âme révélée, les autres tableaux avec l’apparition de la musique ont été plus fluides avec des moments de “grâce” dans les portées quand cette dite- fluidité primée. De consommatrice en début de spectacle, j’ai fini en actrice d’émotions. Il est certain qu’il existait une très belle harmonie corporelle dans une ambiance qui  par son décor et sa lumière me semblait carcérale.
J’ai retenue une grande admiration pour la responsabilité de chacun des danseurs se mouvant en une très proche proximité sans s’entrechoquer en unisson avec le tempo du jazz / preuve d’un très grand professionnalisme et de modestie!!!!
Dommage que ce soit encore un corpus typiquement masculin!!

Cordialement.
Yasmine.

Crédits > men by Cezary Lopacinski from the Noun Project