26 septembre 2019 Maison de la Danse ” ALLEGRIA” de Kader Attou

Aliréza et Marie-Christine.D. ont vu ce spectacle, voici leurs impressions / 

Aliréza / J’ai beaucoup aimé, bien les danseurs, les mouvements très gais,  comment ils dansaient bien, bien aussi la musique,
Bravo pour la place. Première fois que je viens, belle la salle.

Marie-Christine / Dans un décor minimaliste / un escalier de 2 marches long et plat, une valise, un jeu de lumières sobres mais douces, un drap au sol soufflé symbolisant la mer, le propos du chorégraphe y puise toute sa force.
L’univers de ce ballet est tout à la fois : sémillant, poétique et onirique. La danse des 8 danseurs est très millimétrée, s’exprime dans un espace parfois d’ombre mais toujours en élégance ronde de légèreté et de profondeur. 
Le génie de ce chorégraphe est qu’ils ne sont pas en compétition mais en émulation permanente ; pour arriver à un tel  niveau nous ressentons une  grande force de travail.
La musique de Régis Baillet (contemporaine, classique, baroque) n’est pas un troisième personnage mais un double de l’âme de chacun des danseurs. Ce compagnon (l’âme) offert au public exprime tout le mystère de la liberté. Cette liberté qui nous donne tout son sens et nous renvoie à  créer notre propre chemin de vie.
Le final des saluts était là aussi très organisé avec beaucoup de chaleur et un petit ajout de battle : clin d’œil à la tradition du “Hip Hop”.

Un petit mot toujours de remerciement pour l’accueil de la Maison de la danse.
En effet, c’est une des rares salles où je viens tranquille, car je sais que quelque soit le problème qui survient, les placeurs avec gentillesse me résoudront le placement et encore une fois nous avons été très bien replacés sans difficulté.

Excellente soirée, constructive via un média (la danse) pas si évident pour celà!!

Cordialement.
Yasmine

Crédits > Dancer by Benjamin Bours from the Noun Project