“Waliki. Je vais bien” 11 Septembre 2019 Théâtre des Clochards Célestes

David. V. et Marie-Christine .D. ont vu ce spectacle, voici leurs impressions /

David / Les personnages de la comédienne étaient bien différenciés. On sentait vraiment qu’elle nous racontait son histoire à nous. Son histoire était pas mal, je me demandais si toutes les ethnies pensaient de la même manière que la comédienne. J’ai trouvé intéressant qu’elle parle du changement social sans date précise (religion, guerre…). En peu de temps, la comédienne a bien joué, on était dedans, j’ai pas décroché de la parole de la comédienne. C’était intéressant sa façon de jouer, j’ai appris des choses du pays bolivien que je ne connaissais pas (la guerre). Beaucoup de reportages dans les photos.

Marie-Christine / J’ai été saisie par les photos documentaires, en couleur et noir et blanc de R. Blasquez. Elles dégageaient de fortes émotions interrogatives d’économies, de sociétés, de revendications politiques. J’ai été très émue par la parole éblouissante de puissance de la comédienne : Sarah Kristian avec un jeu minimaliste qui renforçait la profondeur du propos sans relâchement du début à la fin du spectacle. Via les témoignages de ces femmes (guerre, origine, religion, homosexualité) du haut plateau bolivien, elle nous racontait comment la misère des paysans en recherche de travail ont fini par construire la deuxième ville “El Alto” en extension de la capitale “La Paz” sans communication réelle entre les couches sociales des deux villes pourtant si proches…!!!!!! Ces témoignages m’ont semblée universels à tous les peuples tels / Pourquoi nous nous déplaçons, comment nous apprenons à survivre et avec quelles valeurs ?

Bien cordialement.
Yasmine.

Crédits > clash by Timofey Rostilov from the Noun Project