Paroles d’Histoire, La Francophonie. Maison des Passages le 22 mars 2019

Marie-Christine D. a vu cette conférence, voici ses mots :

L’ invité du thème abordé “La Francophonie : perpétuation du pacte colonial ou instrument de domination linguistique?” est Mr Boubacar Boris Diop : philosophe sénégalais, écrivain wolof. J’ai énormément apprécié cette soirée, en effet, elle abordait les différents aspects de la langue en général et en particulier celle française sous l’angle politique pour expliquer sa compréhension, son utilisation, sa diffusion.

La Langue est-elle une domination-connivence ?
L’universalité de la langue dominatrice est une partition de tous les idiomes.

La langue est-elle pour une élite ? La mutation de la langue vient du plus grand nombre (dessous de l’élite). L’augmentation de langues dans un même pays est un facteur de découragement, il faut du temps pour impulser le processus de sa compréhension d’autant plus qu’une langue parlée que par 5% de la population ne peut être la langue officielle.

La langue est-elle un butin de guerre ? En référence à “Kateb Yacine”, le Français n’est pas une langue africaine, en effet, elle n’est comprise que par un petit nombre donc une élite et il existe bien une différence entre écrivain français et écrivain francophone !

La langue minoritaire peut elle exister politiquement ? Pour faire exister la langue minoritaire, c’est le chemin qui est difficile. Pour obtenir son émancipation linguistique il faut d’abord faire son émancipation politique, oser se mettre en marche, se mettre en danger avec nos erreurs et au final si c’est pour aboutir avec une proposition de bilinguisme officiel, ce sera sur une longue durée exigeante en patience qu’elle se fera.

Qu’est ce réellement  une langue ? Une langue inscrit une mémoire. En littérature on se positionne sur le Futur. La langue provoque de multiples émotions mais on n’écrit pas en paroles !
Les mots ne sont pas uniquement des mots mais une gestuelle, une aisance de réflexion.

Quelle langue choisir ? Nombreux intellectuels africains pensent que le Français n’est qu’une parenthèse dans l’Histoire de leurs pays, qu’elle est Autre parce qu’elle n’exprime pas leur identité propre. La langue en avenir est pour décoloniser l’esprit (auteur kenyan) donc de résister à la francophonie. L’héritage français était assimilatiste mais peut être une langue de libération, la langue anglaise est d’être connectée au monde. La langue africaine est une langue de transition.

Pourquoi écrire ? L’écriture est en fait euroafraine. Ecrire pour renverser l’ordre des priorités, gérer nos émotions lors des différents événements politiques même avec craintes. Choisir sa langue d’écriture en fonction de notre ressenti par exemple une langue régionaliste peut avoir plus de vocabulaire pour un événement donné.

Cordialement Yasmine.