A la verticale de l’été

A l’occasion de l’atelier d’écriture critique du 2 mai 2019 proposé par Culture pour tous et animé par l’auteur Mohammed El Amraoui (association Dans tous les sens), Claire a écrit ce texte.

Claire vient de montrer à John l’un de ses films préféré, non, en fait il s’agit de SON film préféré, “A la verticale de l’été”.
Émue et très impatiente elle lui lance :
– Alors, t’en as pensé quoi ?
– Ben…
– Tu sais que c’est mon film préféré !
– Ouais… mais en fait, y a pas d’histoire dans ton film non ?
– Ben non mais on s’en fout de l’histoire, c’est tellement beau !
– Ouais enfin un film sans histoire ça sert un peu à rien non ?
– Non mais je te dis on s’en fout de l’histoire. Là ce qui est important c’est la photo. T’as vu les lumières comme elles sont belles ?
– Ouais mais y se passe rien. Regarder un film ou y se passe rien c’est chiant.
– Comment ça c’est chiant ?!
– Ben ouais.
– Nan mais laisse tomber en fait t’as rien compris…
– Et puis j’en ai marre que tu me montres que des films avec des chinois !
– Nan mais c’est pas chinois c’est vietnamien ! Attends mais même la scène avec les pattes de poulets t’as pas kiffé ?
– Arrête… j’crois que c’était le pire moment du film.
– Ah ouais ? Et quand ils e lèvent le matin avec Lou Reed ?
– Boring…
– Ah ça me fait trop s de la peine. Vraiment, ça me rend trop triste. Moi j’adore ces films contemplatifs où t’as juste à regarder la beauté des images.
– Nan mais Claire, un film sans histoire c’est pas film. Ça, c’est de la branlette intellectuelle de bobos qui mangent des graines.
Bon, viens on va manger. Je t’invite au viet’ en bas? En moins, ça, ça nous fera plaisir à tous les deux.

Claire