A propos de « Les éternels » de Jia Zhang Khe

Jia Zhang Khe, réalisateur chinois de « A touch of sin » et du magnifique « Au delà des montagnes », réalise ici un film sur la pègre chinoise. Un homme, Bin, impliqué dans un trafic d’argent, est agressé dans sa voiture alors qu’il est avec sa femme. Celle-ci prend sa défense et tue un homme. Emprisonnée pour avoir défendu son mari, cette jeune femme purge sa peine puis cherche à retrouver son homme. Mais celui-ci a refait sa vie et les deux êtres se revoient mais n’arrivent plus à s’aimer. La femme retourne alors à ses activités (elle tient un tripot en ville) et se réinstalle dans un logement qui est équipé d’un appareil de vidéo surveillance. C’est ainsi que se clôt ce film, sur une note pessimiste de surveillance absolue et dérisoire.

Noémie